• Site interactif d’Ages & Transmissions asbl dédié aux tranches de vie et aux débats

  • Le Bonheur par Marie-Adèle

    Rien que le titre du questionnaire me rend méfiante et me rappelle immédiatement un livre de Pascal Bruckner - essayiste que j’aime beaucoup - intitulé «L’Euphorie perpétuelle ». [ Grasset, 2000]
    Voilà ce qui dit Bruckner de son ouvrage en quatrième de couverture :
    « Un nouveau stupéfiant collectif envahit les sociétés occidentales : le culte du bonheur. Soyez heureux ! Terrible commandement auquel il est d’autant plus nécessaire de se soustraire qu’il prétend faire notre bien. Comment savoir si on est heureux ? Et que répondre à ceux qui avouent piteusement : je n’y arrive pas ? [ …]
    J’appelle devoir de bonheur cette idéologie qui pousse à tout évaluer sous l’angle du plaisir et du désagrément, cette assignation à l’euphorie qui rejette dans l’opprobre ou le malaise ceux qui n’y souscrivent pas ».
    Mon esprit critique, hémisphère gauche du cerveau, rationnel et un peu cynique est bien au travail. Il examine les différentes questions et je me méfie de plus en plus.
    Quelle définition donner au terme bonheur ? Il faut que je dise tout de suite que le mot bonheur en français, bizarrement, m’apparaît désigner une chose plus accessible que le mot italien «felicità ». Felicità me parait trop grand, trop péremptoire, avec cet accent sur l’a final, comme un point d’exclamation, alors qu’il faudrait plutôt le prononcer comme un point d’interrogation.
    Pour moi la définition du bonheur est une opération mentale, une construction intérieure, mieux une reconstruction à posteriori, parce que lorsqu’on vit un instant de bonheur on ne le définit pas ainsi, on le vit tout court, on se sent rempli, nourri et capable d’embrasser la terre entière.
    Ce n’est que par après, passé l’instant de cette sensation subtile et immense, qu’on se dit : oui, cet instant de grâce c’était un moment heureux de ma vie.
    Qu’est-ce qu’on ferait sans la mémoire, ce réservoir des instants heureux, qui nous permet de repêcher des ressentis précieux : un rayon de soleil un jour précis dans un lieu précis, un regard complice avec quelqu’un qu’on aime, un paysage saisissant lors d’un voyage, le rire d’un enfant, un tableau qui ouvre des nouveaux horizons, le jouet qu’on avait tant désiré reçu en cadeau, la fraîcheur des draps en lin dans les nuits chaudes estivales.
    La langue française a également une expression étonnante : nager dans le bonheur.
    Je ne suis pas très à l’aise avec la natation. Est-ce à cause de cela que je ne suis pas très à l’aise avec le bonheur ? Que j’ai l’impression d’avoir passé ma vie à essayer de rester à flot, si ce n’était pas nager à contre courant ?
    Cela implique aussi que le bonheur ne peut être que volatile, vous vous imaginez de nager vingt-quatre heures sur vingt-quatre, trois cent et soixante cinq jours par an ? Cela serait très fatigant et on serait vite épuisé.
    Le bonheur, il vaut mieux ne pas le chercher, lui courir après, il faut tout simplement être ouvert à le reconnaître lorsqu’il est là ; il ne faut pas non plus poursuivre à tout prix tout ce qui va à son encontre, c’est un effort voué à l’échec, donc, source d’angoisse. Si on le poursuit, le bonheur va se dérober comme un lutin malicieux et surgir derrière un coin totalement inattendu.
    Inutile de donner des recettes, chacun trouve un jour ou l’autre la sienne : ce qui me rend heureuse peut apparaître futile ou mièvre à quelqu’un d’autre.
    Il serait beaucoup plus facile de donner des recettes pour se rendre malheureux et l’on pourrait écrire des pages et des pages sur le malheur, la tristesse, le chagrin, la mélancolie, le vide, le désespoir, l’intolérable.
    Est-ce que j’ai eu des instants de bonheur dans ma vie ? Finalement, oui -et moi qui disais que je m’efforçais de rester à flot.
    Voici, en vrac, quelques instants récents, par exemple un après-midi il y a quelques jours : toute la maison était bien rangée, aucune corvée ne m’attendait et j’étais assise dans le canapé du living à lire un livre magnifique de Philippe Besson [L’arrière-saison ], une symphonie de Mahler comme panorama sonore. Ou bien chaque fois que mon chat se love contre moi et nous nous faisons des câlins ; ou lorsque le soleil couchant envoie des reflets orangés sur les fenêtres d’un immeuble très moche que je vois de ma fenêtre ; ou si en appelant un des mes neveux, celui qui répond est un de mes petits-neveux qui reconnaît tout de suite ma voix ; ou encore lorsque j’assiste à un spectacle théâtral qui m’émeut pour sa beauté et m’émerveille pour sa génialité ; ou lorsque la pleine lune illumine la terrasse qui donne sur la cour envahie par le silence de la nuit, et lorsque, et lorsque…
    L’important dans le bonheur, pour moi, est l’instant, sa fragilité et son intensité, sans se poser de questions.
    Comme le dit Bruckner «nul n’est jamais sur d’être vraiment heureux et se poser la question, c’est déjà se gâter la réponse ».

    Répondre à cet article

    Veuillez vous connecter afin de participer au forum
    Si vous ne possédez pas encore d'identifiants, vous pouvez vous inscrire ici: Inscription

    Forum sur abonnement

    Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

    [Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

    Forum

    • message  655

      Le Bonheur ... par Marie-Adèle

      19 janvier 2007, par fernand

      Triple bravo Marie-Adèle. Ton analyse du mot "Bonheur" est excellente. Je rencontre trois fois par année une partie de mon ex-groupe JMV. Pour garder le contact nous avons décidé de créer un "Atelier d’écriture" Le sujet d’une de nos récentes réunions était justement" Plaisir, Bonheur et Joie" Si ton texte avait été sur le site, mon inspiration en eut été facilitée. Le sujet Bonheur est sans doute inépuisable. Mais ton texte est d’une densité extraordinaire. J’espère encore te lire sur d’autres sujets. Tu as beaucoup à nous dire.


      Forum sur abonnement

      Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

      [Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

    • message  648

      Le bonheur Marie-Adèle

      16 janvier 2007, par Françoise V.

      Eh oui, le bonheur… Une "invention" du XVIII° siècle, semble-t-il, et comme l’a dit une grande dame de cette époque (je cite de mémoire, les références me font défaut) "Heureusement, il n’y a pas que le bonheur !"
      Il me semble aussi qu’aujourd’hui, le culte du bonheur se confond trop souvent avec celui du plaisir; que tous ces "petits bonheurs" que les magazines féminins et autres philosophies médiatiques nous invitent à cultiver ne sont en fait que de "petits plaisirs"… La grasse matinée du dimanche dans des draps bien assouplis, la première tasse de café, la douche chaude dans la nuque,etc, etc. Et pourquoi pas ? ne les boudons pas, ces petits plaisirs, cultivons-les si nous le pouvons : ils nous rendent la vie quotidienne bien agréable!
      Par contre, je suis assez d’accord avec tout ce que toi, Marie-Adèle, tu dis du bonheur… C’est vrai que pour le percevoir, il me faut écouter autre chose que mes sensations, il me faut écouter plus profondément, je ne sais trop bien quoi. J’ai eu malgré tout envie de risquer une définition… Pour moi,le bonheur, ce sont ces moments de grâce fugitive où la vie se rapproche au plus près de mes attentes, de mes aspirations les plus essentielles. Les miennes, d’aspirations, pas celles que l’on a pu me suggérer, m’imposer. Peut-être aussi, pour être heureux, faut-il savoir être modeste, ne pas attendre l’impossible. "Il a tout pour être heureux", dit-on parfois, sous entendu: mais il ne l’est pas.
      Et puis, il y a encore, la joie, cette joie de vivre que je porte au creux de moi et qui peut jaillir inopinément, même dans de bien sombres moments. Mais j’arrête ici mes définitions!


      Forum sur abonnement

      Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

      [Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

      • message  794

        Le bonheur Marie-Adèle

        10 juillet 2007, par Jean N.

        Pour moi qui vit maintenant dans une maison de repos, sous le ciel belge d’un été aux allures d’automne, à côté de ma femme handicapée, le bonheur c’était « avant » !
        Surtout, pendant 25 ans, ce fut de vivre dans un site merveilleux, éveillé presque chaque matin par un grand soleil ; c’était humer le parfum des mimosas au mois de février, celui des lauriers-roses et des pins maritimes, brûlés de soleil en juillet ; c’était de voir les bougainvillées en fleur à Noël; c’était d’être d’une activité débordante sur laquelle l’âge n’avait pas de prise, de bricoler, de jardiner au chant des cigales. C’était d’admirer la mer bleue venant ourler d’écume la roche rouge de l’Estérel. Oui ! C’était le bonheur ! Je m’en rendais parfaitement compte et le savourais d’autant plus que je savais qu’il aurait une fin…


        Forum sur abonnement

        Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

        [Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]


    Forum sur abonnement

    Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

    [Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

    Haut