• Site interactif d’Ages & Transmissions asbl dédié aux tranches de vie et aux débats

  • 19.ADOLESCENCE

    Inutile de dire que pendant la période au lycée, c’est-à-dire de douze à dix-huit ans j’ai énormément changé, tant au point de vue physique que mental. A quatorze ans j’avais ma taille actuelle et j’étais comme d’habitude parmi les plus grandes. Beaucoup de filles de mon âge et de ma taille, surtout celles qui avaient de la poitrine, ce qui n’était pas mon cas, avaient tendance à arrondir le dos, pour qu’on les remarque moins. Mais moi j’étais obnubilée par l’exemple de Mme Clain, qui était grande mais qui se tenait droite, arpentant la cour quand c’était son tour de surveillance, sans rien porter puisque dès son arrivée une élève venait s’occuper de son sac, sans jamais mettre les mains dans ses poches, passant et repassant avec une grâce et une dignité simple qui pour moi était le comble du chic. Je ne l’ai jamais oubliée, même quand c’était difficile à assumer d’être grande, comme le jour où un garçon a dit derrière moi, sur le chemin du retour de l’école “Oh, une girafe avec une queue de cheval !”

    Au début de ces années, j’ai bien sûr eu mes premières règles. Ma soeur et moi n’avions aucune idée de ce dont il s’agissait. Nous avions découvert un jour à la cave un seau rempli de linges ensanglantés qui nous avait fichu la trouille. Lorsqu’un jour je me suis retrouvée dans mon lit le matin avec du sang sur les draps et ma chemise de nuit, je me suis demandée ce qui m’arrivait. Ma mère m’a dit sans plus : “maintenant tu es une jeune fille !”. Ca a été ma seule éducation sexuelle, j’ai dû me débrouiller en entendant les copines, en essayant de trouver des mots dans le dictionnaire, mais je peux dire que c’était loin d’être clair ! Ma mère, elle, s’est mise aussitôt à me confectionner des bandes hygiéniques, plusieurs épaisseurs de vieux draps piquées ensemble, munies à chaque bout d’un triangle de tissu percé d’un boutonnière. Ces bandes s’attachaient à une ceinture munie de deux boutons. Nous n’en avions pas des flopées, donc nous les gardions jusqu’à ce qu’elles soient saturées et raides de sang. A ce moment elles rejoignaient le fameux seau à la cave et attendaient la lessive. Ces règles étaient une horreur, nous avions toujours peur d’une tache révélatrice (avant la date, et nous n’avions pas de bande, ou bien quand les règles étaient trop abondantes et les bandes ne tenaient pas le coup). C’était un cauchemar. Ce cauchemar a atteint son paroxysme lorsque pendant les premières années de mon mariage j’habitais un appartement au Centre Rogier. Quelqu’un (ou plutôt quelqu’une) avait jeté une bande (qui a l’époque n’était plus en tissu mais en ouate synthétique) dans les W.C. Je n’ai jamais su qui mais ce n’était pas moi. Bien entendu le W.C. n’a plus fonctionné et l’eau s’est mise à en sortir et à inonder l’appartement. Il y en avait partout. Le temps de trouver un plombier et que celui-ci en ressorte triomphalement la bande hygiénique coupable (et la coupable visiblement ne faisait aucun doute à ses yeux !) je pense que j’avais épongé le contenu d’un bassin de natation. Eperdue de fatigue, je vidai mon seau dans le W.C. avec la loque. Tête du plombier quand il a dû revenir !

    Je suis passée bien sûr par tous les états d’âme, toutes les humeurs noires, les coups de cafard, le grand amour éperdu pour une vedette de cinéma, le sentiment d’être seule et unique à être aussi malheureuse, propres à tous les adolescents. Les choses ne se sont pas passées facilement parce que mes parents, outre le fait qu’ils étaient plus vieux que la moyenne (ma mère a dû avoir sa ménopause au même moment que moi mes premières règles), étaient aussi “vieux” mentalement. Rien de ce qui nous faisait rêver ne les intéressaient, pour eux ce qui était bien était passé. Pour nous tout ce qui se passait en France (St Germain des Prés, Sartre, Simone de Beauvoir, Camus) et ce que nous connaissions des Etats-Unis (le jazz et le blues, les films qui nous montraient des vedettes vivant dans un univers en couleurs, dans de belles maisons claires avec des “Frigidaires” et des machines à laver), toutes les histoires excitantes que nous lisions dans “Ciné-Revue” et Cinémonde, et même les bandes dessinées de Tintin et Spirou, composait un autre univers auprès duquel celui centré dans la cuisine de la rue du Croissant était bien minable.

    Il a fallu que je me batte pied à pied pour être habillée à peu près comme tout le monde et je n’y suis jamais réellement arrivée. Ma mère avait non seulement des problèmes financiers mais aussi des idées bien arrêtées. Quand j’ai enfin obtenu de ne plus mettre de chaussettes mais des bas nylon comme les autres, ils étaient en nylon mousse, bien solide et bien bobonne. J’ai tellement emmerdé mon monde que j’ai fini par obtenir des bas comme les autres. J’ai aussi obtenu de pouvoir mettre du rouge à lèvres (rose pâle) et de porter des ballerines pieds nus, comme Brigitte Bardot. Il a fallu aussi persuader les parents que sentir la transpiration était peut être naturel mais pas très bien ressenti par les autres. Nous avons eu droit finalement à notre flacon à bille de “Mum”. Je me souviens avoir passé mes dernières années de lycée à rêver d’un Duffel-coat, tout le monde en avait un. Mais je ne l’ai pas eu. J’ai eu un bête manteau beige, avec un col tailleur , j’avais l’air malin !

    Je me trouvais très laide, le cheveu rare et gras et le teint brouillé d’acné (il n’était pas question de produits spécifiques et le fait de tripoter constamment points noirs et boutons n’arrangeait pas les choses - j’ai d’ailleurs encore au front deux cicatrices qui viennent de boutons dont j’avais enlevé la croûte trente-six mille fois). Curieusement je n’avais pas l’obsession du poids qu’ont les jeunes filles actuellement. Et pourtant j’étais trop grosse, je pesais 66 kg à 18 ans, et le fait de manger des nourritures riches et des bonbons sans faire aucun sport n’arrangeait pas les choses. Mon plus gros problème était cependant mon nez. Je le trouvais affreux et je passais des heures à essayer de le voir de profil, assise parallèlement au miroir de la garde-robe de ma chambre. Ca posait un problème, parce que d’abord j’étais plutôt myope et qu’ensuite pour voir il fallait quand même que je tourne légèrement la tête et du coup je ne me voyais pas vraiment de profil.

    J’étais malheureuse aussi parce qu’il n’y avait pas aucun endroit dans cette maison qui soit à moi. Je partageais toujours avec ma soeur le mobilier de ma grand’mère, que je trouvais hideux (et il l’était !). Seule la commode avait été remplacée par la table de la machine à écrire mais nous dormions toujours dans le même lit et partagions la même garde-robe. J’étais une obsédée de l’ordre (je mettais même de l’ordre dans le cartable de Liliane!) et ma soeur s’en fichait complètement. Je retrouvais des bas dépareillés et pleins de “flèches” (dans ce temps-là les bas se remaillaient, c’était fait patiemment par des dames qui remontaient les mailles une à une avec un crochet extrêmement fin et même à l’époque c’était cher - tellement cher qu’à la fin il valait mieux acheter une nouvelle paire de bas et jeter celle trouée, et le métier a disparu). Elle mettait mes jupes sans me le demander et comme elle était plus petite que moi, elle les retournait à la taille pour que l’ourlet soit à la bonne longueur. Je retrouvais ma jupe toute chiffonnée et je bouillais de rage.

    En fait cette chambre était faite uniquement pour dormir (ou pour contempler mon nez si j’avais la chance d’être seule). La seule autre activité était le travail sur la machine à écrire. Tout le reste, études, lecture, couture, musique, se faisait en bas, le plus souvent dans la cuisine. Il arrivait en effet que pour pouvoir ânonner les textes à apprendre par coeur, l’une de nous s’isole dans la salle à manger. Je me souviens d’une période d’examens particulièrement palpitante parce que j’avais entrepris la lecture de “Capitaine de Castille” dont on avait fait un film avec Tyrone Power, je pense. Ca se passait lors de la conquête du Mexique par les Espagnols et c’était plein de rebondissements dont je voulais toujours connaître la suite. Je n’arrivais pas à m’en détacher. J’avais donc pris un air vertueux et j’étais aller étudier dans la salle à manger, assise sur une chaise tout près du buffet où je pouvais cacher le livre au moindre bruit qu’aurait fait la porte de la cuisine. De temps en temps, prise de remords, je déposais le livre et j’étudiais quand même. Je me demande comment j’ai fini mes études “avec grand fruit” !

    Suzanne R. 19

    Répondre à cet article

    Veuillez vous connecter afin de participer au forum
    Si vous ne possédez pas encore d'identifiants, vous pouvez vous inscrire ici: Inscription

    Forum sur abonnement

    Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

    [Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

    Forum

    • message  5188

      19.ADOLESCENCE

      28 décembre 2012, par odette

      Bonjour à toutes,
      Que de souvenirs qui remontent à la surface à la lecture de vos témoignages.
      Effectivement, toute une époque ces culottes qui étaient portées par toutes les femmes lorsqu’elles avaient leurs régles.
      J’avais 3 filles et mon époux ralait lorsque j’achetais des culottes périodiques, he oui bien sur, l’argent ne poussait pas sur le balcon et à chaque fois je n’achetais pas pas 1 mais 4 culottes périodiques.
      Je m’en souviens très bien, c’était des culottes blanches en matière nylon avec un grand fond plastifié et des crochets pour maintenir la garniture.
      Ces culottes n’étaient pas très esthétiques, mais elles étaient bien enveloppantes et séchaient rapidement.
      Je dois bien avouer maintenant, que je me sentais en sécurité et bien protégée grace à ces culottes.


      Forum sur abonnement

      Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

      [Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

    • message  2579

      19.ADOLESCENCE

      13 décembre 2010, par annette dubrieul

      Je me prénomme annette et je fais partis de cette génération ou dans les années 1960 et 1970 , nous portions toutes des culottes périodiques et le choix était vite fait elles étaient en nylon et seulement blanches ou bleu marine .
      je me souviens qu’àprés plusieurs lavages le plastique qui se trouvait au fond de la culotte se durcissait et cela faisait du bruit lorsque l’ont marchait .
      j’ai utilisé ces culottes durant une bonne vingtaine d’années et je dois bien reconnaitre qu’elles m’ont bien aidées et je me sentais en sécurité .
      j’ai trouvé sur le net une photo qui est la copie conforme des culottes périodiques que je mettais dans ces années là et je vous l’ai jointe pour vous remémorer ces moments délicats que nous avons toutes vécues .

      JPEG - 57.4 ko

      Forum sur abonnement

      Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

      [Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

      • message  3218

        19.ADOLESCENCE

        12 novembre 2011, par pp64

        bonjour je viens de découvrir ce site via cette photo qui me rappel de bien bon moment.
        j’ai réussi à trouver sur des sites de vente ces anciennes culottes et j’en ai acheté 200 d’un seul coup pour 100€ j’en suis ravie, car même si le plastique durci elle sont super confortable.
        le lot comprenait des blanches,bleu,orange et rose super!


        Forum sur abonnement

        Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

        [Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

    • message  1436

      19.ADOLESCENCE

      3 décembre 2009, par Marité

      21 septembre 2009 à 05h37min / Marité — chatpetit@hotmail.fr
      Je crois que, très logiquement, toutes les filles de notre génération ont utilisé les mêmes protections, et elles n’avaient rien à voir avec celles d’aujourd’hui. Ma mère utilisait encore des serviettes en tissu, des sortes de longues bandes avec le milieu en tissu éponge, attachées avec des épingles à une ceinture. Je les avais vues à sécher, et ma mère m’avait expliqué ce qu’étaient des règles. J’étais à la fois fière et inquiète de les avoir, mais cet attirail de ceinture et d’épingles m’impressionnait. En fait, dès le début, ma mère m’a acheté des serviettes jetables, et une drôle de culotte avec des attaches et un grand fond doublé de plastique ! Pourquoi ma mère se servait-elle encore de serviettes en tissu ? Mystère. Et je ne lui ai pas posé la question. Ces serviettes n’étaient pas adhésives, et n’avaient pas non plus de film plastique imperméable. C’était le plastique de la culotte qui assurait la protection. Il y avait aussi des élastiques devant et derrière auxquels étaient fixés des sortes d’anneaux en plastique, où on accrochait les extrémités des serviettes. Je me souviens de la marque : Mousseneige… Quel joli nom, pour un simple coton enfermé dans un filet. On aurait dit une espèce d’animal blanc et plat, sans tête, avec une queue à chaque bout. Mais, bien que ses queues soient attachées aux anneaux, l’animal avait une fâcheuse tendance à ne pas vouloir rester en place ! La culotte périodique était vraiment obligatoire. Quant aux tampons… je n’ai su que plus tard que ça existait. Alors en utiliser… Je me souviens que la découverte des serviettes autocollantes avec film plastique, quelques années plus tard, a été assez décevante. Au départ, cela signifiait la fin de l’obligation de porter une culotte spéciale pendant les règles. Mais hélas, si les serviettes collaient (mal), elles étaient encore volumineuses et la protection était loin d’être parfaite.


      Forum sur abonnement

      Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

      [Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

    • message  1409

      19.ADOLESCENCE

      26 mai 2009

      Je suis Mireille , née en 1949 en France et la lecture de vos souvenirs d’adolescence m’a remémorée bien des miens .Il est tout à fait exact que tout ce qui était relatif aux chose de la vie , à l’apparition de la féminité relevait du non dit .
      En ce qui me concerne ma maman n’a jamais abordé de façon claire et précise les transformations de l’adolescence et en particulier l’apparition des règles .J’avais néanmoins une idée de ce qui allait survenir ayant comme vous vu les serviettes à tremper dans un seau dans la buanderie et ensuite cachées à l’étendage derriere des paires de drap…Lorsque c’est arrivé ma mère s’est bornée à me remettre " l’équipement " en vigueur à l’époque .C’était au tout début de l’année 62 ,et j’ai reçu un paquet de serviettes en tissu éponge .Elles étaient longues et épaisses et terminées par des bandes de tissu plus fin pour qu’on puisse les attacher .Pour se faire j’ai été gratifiée de deux culottes périodiques en nylon bleu marine si je me souviens bien .Cet attirail n’était vraiment pas pratique et j’avais la hantise que celà se voit…
      Plus tard j’ai obtenu de pouvoir utiliser des garnitures jettables , ce fut un réel soulagement d’échapper à la corvée de lessive .Il y avait toujours la nécessité de recourir à une culotte spéciale pour attacher les garnitures avec des sortes de petites fixations à l’avant et à l’arriere du slip ressemblant à des jarretelles .On pouvait également utiliser une ceinture périodique qui avait l’avantage de tenir moins chaud l’été …mais il fallait faire attention de ne pas porter une jupe trop serrée car la ceinture formait une sorte de "v" peu discret…C’était une époque ou nous n’étions guère libérées et je me souviens que lorsque je me suis mariée en 1970 j’utilisais toujours ce genre de protections ce qui me mettait fort mal à l’aise vis à vis de mon mari .


      Forum sur abonnement

      Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

      [Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

      • message  5230

        19.ADOLESCENCE

        3 février 2013

        Bonjour Mireille,
        Je me retrouve totalement dans votre témoignage et si vous le désirez nous pourrions en parler plus librement par le biais de mails.
        odette1946@voila.fr.
        Bien cordialement,
        Odette.


        Forum sur abonnement

        Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

        [Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]


    Forum sur abonnement

    Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

    [Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

    Haut