• Site interactif d’Ages & Transmissions asbl dédié aux tranches de vie et aux débats

  • En tant que membre de l’asbl « Ages et Transmissions » et ancienne enseignante, je vous livre quelques impressions sur ce que j’ai ressenti des événements de ces deux derniers mois.

    Je me suis occupée de jeunes dans l’enseignement. Je continue à les rencontrer et j’ai été outrée par les derniers événements vécus dans notre pays. Je désire réagir avec vous.

    La marche silencieuse et extraordinairement digne grâce aux parents, amis, jeunes, nous a permis de nous interroger. Devant une émotion sans pareil, que retenir de tout cela ? Comment notre société en est-elle arrivée là ?

    Vers les années 60, nous avons connu un bouleversement de société, tant au point de vue social qu’économique. A cette époque, l’insécurité était pour ainsi dire inexistante, l’économie était en plein essor, le début de l’émancipation de la femme se manifestait, début des méthodes contraceptives avec la pilule, laxisme dans l’éducation, l’autorité remise en question … Nous cherchions une réponse à ce chambardement … et combien de groupes de partage ne se sont-ils pas formés parmi nos amis pour essayer de garder nos repères.

    Aujourd’hui, nous vivons un changement plus radical et inquiétant par le manque total de repères que nous offrons aux jeunes. Un mal-être total se ressent chez les adultes et chez les jeunes…
    Plus d’autorité, les droits avant tout, les plaisirs sans limites, beaucoup d’argent, l’insouciance de l’autre. On suit ses rêves, son étoile. La loi du plus fort prime. L’étranger dérange, la politique n’est pas capable de nous gérer. Nous voulons tout, tout de suite : le GSM perfectionné, l’appareil photographique numérique, les écoles sélectes.

    N’est-il pas temps de réagir devant ce constat ? Que faire pour éviter cette violence ambiante ?

    Voir le bon côté de tant d’adultes et de jeunes qui travaillent à rendre le monde meilleur. En lisant le journal du dimanche 21 mai, nous voyons Charles Delhez confirmer la chose dans son article intitulé « Une immense tâche à accomplir ». Il y a en toute personne une capital de bonté qui me permet de croire en l’humanité.

    Soyons peut-être moins exigeants dans notre manière de vivre, contentons-nous d’un peu moins … en songeant que les différences « riches, pauvres » créent la haine et la violence.

    Ayant animé des ateliers dans les écoles « de communication par la peinture et la musique », j’ai constaté depuis quelques années que les jeunes ont d’avantage besoin de lieux de paroles où ils peuvent exprimer leurs questions, leurs interrogations, et pourquoi pas des groupes intergénérationnels comme l’expérimente « Ages & Transmissions » ?
    Le S-C, suite aux événements qu’ils ont vécus va s’associer à ce genre de projet avec une école d’Anderlecht, si je ne me trompe. Pourquoi ne pas multiplier ce genre de rencontres dans d’autres écoles ?

    Au sujet de la sécurité des jeunes, laissons agir le « politique » en demandant aux parents toutefois d’être conscients de leurs responsabilités quant aux fameuses journées pédagogiques ou les fins de trimestres pendant lesquels les enfants sont en congé quelquefois 4 jours avant la date officielle. D’aucuns ont fait des propositions pour remédier à cet état de chose. Espérons que nos politiciens veilleront à trouver une solution rapide à ce problème sans que cela n’entraîne des frais supplémentaires pour les parents (aidons les familles nombreuses !).

    Il est inadmissible de laisser les jeunes terminer l’école, n’importe quel jour à n’importe quelle heure ! Soyons attentifs aux projets énoncés par Marie Arena dans la Libre du 13 mai et qui nécessiteront de nouvelles finances. Réagissons à temps si c’est nécessaire !

    Les parents ne devraient-ils pas limiter l’argent de poche, l’achat de gadgets, de vêtements de marque, l’étalage d’une certaine richesse visible notamment dans les transports en commun. L’autorité parentale semble encore de mise !

    Développer un sens critique des médias, des films qui passent à la télé, des derniers films tels que le « Da Vinci Code ».

    Si vous avez des propositions concrètes à formuler, n’hésitez pas à réagir.
    Il est très important que ce travail soit intergénérationnel.

    La politique suivra …

    Anne Jans-Meulders, juin 2006

    Répondre à cet article

    Veuillez vous connecter afin de participer au forum
    Si vous ne possédez pas encore d'identifiants, vous pouvez vous inscrire ici: Inscription

    Forum sur abonnement

    Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

    [Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

    Forum

    • message  441

      A cette époque, l’insécurité était pour ainsi dire inexistante,

      20 juin 2006, par Rédac

      Ah bon? Pourtant les chiffres officiels sont formels: Bruxelles est infiniment plus sûr aujourd’hui qu’il y a 40 ans (en en ce qui concerne les crimes graves). Si on remonte encore de 50 ans, la ville était alors, comparée à aujourd’hui, un véritable coupe-gorge! Donc, si on se réfère à ces données reconnues, on peut dire que nos grands-parents étaient infiniment moins civils, infiniment plus criminogènes que nos jeunes d’aujourd’hui…


      Forum sur abonnement

      Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

      [Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

    • message  439

      Après la marche silencieuse ...par Anne Jans-Meulders

      16 juin 2006, par aede

      "Aujourd’hui, nous vivons un changement plus radical et inquiétant par le manque total de repères que nous offrons aux jeunes."( Vous l’avez dit)
      OUI, et cela commence dés le début de la vie avec "la mise en crèche"
      Les enfants " non les bébés" sont fatigués,ils n’ont plus de "convalescences" après une maladie.Plus le droit de mal dormir, hop debout c’est l’heure de se lever.
      Les parents n’ont plus le temps d’éduquer, de comprendre, de voir leurs enfants grandir… Il n’y a plus qu’une option … Le pognon !!!
      Les enfants sont éduqués ( si on peut employer ce terme, je dirais " gardés") par des étrangers.Puéricultrices, éducateurs, assistantes sociales, et j’en passe.
      Hélas nous vivons une drôle d’époque, ou les valeurs initiales, fondamentales, sont estompées,contre des valeurs fictives, diplome, arrivisme, le "m’a tu vu " "tu as vu les marques"?
      Ou sont les vraies valeurs, le savoir vivre, le patriotisme, la charité, l’éducation basique, le merçi, stp, excuse-moi? C’EST FINI… je veux , je prends, tu me donne !!!
      Bref des pages et des pages à soumettre, mais c’est trop triste,mieux vaux s’arreter la !
      Aie peut -être vais-je être traitée de "vieux-jeux" d’empêcheur de vivre à l’aise,ou autre nom d’oiseaux mal- famés .Qu’importe c’est mon opinion, et je suis sure qu’elle est bonne.
      Des pages et des pages je disais …


      Forum sur abonnement

      Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

      [Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

      • message  440

        Après la marche silencieuse ...par Anne Jans-Meulders

        17 juin 2006, par Jean Nicaise

        Je regrette de vous le dire, oui AEDE, vous êtes vieux jeu ! J’ai 85 ans et je râle souvent de constater que les conversations avec les « vieux », eussent-ils seulement 50 ans, tournent autour des propos que vous tenez.
        Si les bébés sont confiés à une crèche, c’est parce que les femmes ont enfin obtenu de pouvoir travailler à l’extérieur comme les hommes sans encore jouir de l’égalité dans bien des domaines. Voir le débat « les hommes et les femmes à chacun son rôle.
        « C’est mon opinion… » et je n’aurai pas l’immodestie de déclarer, comme vous, « je suis sûr qu’elle est bonne. »
        Toutes les générations ont déploré les « mœurs des jeunes de maintenant ». Sans remonter à Platon , écoutons Montaigne. En 1580, il se plaignait de vivre « une saison [nous dirions ’époque’] si licencieuse et malade qui est celle où nous nous trouvons à présent. »
        Certes, je déplore parfois aussi les excès de certains jeunes et moins jeunes, le laxisme de notre société.
        Pourtant, j’essaie de ne pas me laisser aller au pessimisme ambiant et de cultiver l’ESPERANCE.


        Forum sur abonnement

        Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

        [Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]


    Forum sur abonnement

    Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

    [Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

    Haut