• Site interactif d’Ages & Transmissions asbl dédié aux tranches de vie et aux débats

  • accessibilite

      fontsizeup fontsizedown Enregistrer au format PDF

    Recherche

    Articles associés

    Coup de gueule de Fernand.

    Lorsque j’entends les femmes se plaindre d’avoir été pendant des siècles au service de l’homme, je dois vraiment rire. En effet :
    Personne n’a jamais décidé qu’il en soit ainsi. Voyez l’évolution du genre humain pour vous en persuader.
    Le mâle physiquement plus adapté, allait à la chasse pour subvenir aux besoins de sa femme et de ses enfants. L’évolution amenait l’homme à s’instruire pour assimiler les nouvelles techniques. Le rôle de la femme consistait à répéter les gestes de sa mère.
    La découverte des moyens contraceptifs a révolutionné ce mode de vie et la femme équilibrée s’adapte à cette nouvelle donne. Elle n’est plus là que pour donner la vie et pour éduquer mais elle a maintenant la liberté de choix multiples. La femme frustrée et revancharde attribue à l’homme son mal être, alors que ce dernier n’est en rien responsable d’une situation de fait qui s’est établie tout naturellement.
    Tout est maintenant accessible à la femme mais lorsqu’elle fait de la boxe, du football, qu’elle devient gendarme ou militaire, permettez-moi de rire et de bien rire ! Là, elle veut jouer à l’homme et refuse sa féminité. Comment dans cet état pourra-t-elle encore séduire ?

    Répondre à cet article

    Veuillez vous connecter afin de participer au forum
    Si vous ne possédez pas encore d'identifiants, vous pouvez vous inscrire ici: Inscription

    Forum sur abonnement

    Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

    [Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

    Forum

    • message  1811

      Coup de gueule de Fernand

      16 février 2010

      Ce que défend Fernand, je crois, ce sont ses repères. Il n’aime pas ceci, il n’aime pas cela… Qu’à cela ne tienne.
      Tandis que son premier "texte" semble lui même arrogant puisqu’il rit "au nez" de celles dont il parle.
      Chacun son humour. Jusque là, tout v bien. Chacun son délire. Chacun sa volonté d’en sortir… Ou pas.
      Je vous précise, Fernand, que je suis une femme qui n’aime pas vos propos. Du moins, je suis heureuse de ne pas faire partie de votre entourage. C’est ainsi que je puis vous faire remarquer que chaque milieu construit une norme quant au rapport "homme-femme".
      Chaque "milieu" nait d’évènements, du vécu de chacun. Mon milieu est celui où la femme a le droit de suivre de hautes études ; j’ai eu "la chance" de pouvoir décrocher un diplôme. Je pense aux autres femmes ou jeunes filles d’autres familles qui sont rabrouées et ramenées au carcan rassurant de "la femme qui n’est pas obligée de faire des études pour se rendre intéressante". Cette première réflexion citée peut se rapprocher de la vôtre quant à ce que vous observez l’arrogance de certaines femmes. Il en est tout simplement de la confiance que les femmes nourrissent en elles du fait qu’elles puissent réfléchir par elles-même et de ne donc plus céder au chantage de "l’homme qui sait tout". Si je me contentais de suivre mon homme (que j’aime autant par ses défauts que par ses qualités) en lui disant "Amen" à tout ce qu’il me propose ; il survient quelques inconvénients qu’il ne se gêne pas de me reprocher par la suite. Et pourtant il se sent bien quand il pense que tout ce qu’il dit est impossible à contredire. Cela s’appelle de l’arrogance. Et quand je lui répond que je pense la même situation dont il parle sous un angle différent, je passe pour l’arrogante. Voyez-vous, Fernand, que je me permette de faire remarquer que la plupart des hommes n’aiment pas recevoir l’avis de femmes car cela serait rétrogradant de les écouter. Il n’y a pas à avoir le dernier mot, ni pour l’homme ni pour la femme. Il y a un échange possible. Mon homme et moi y sommes parvenus au prix de quelques efforts… Telle une guerre "psychologique". Il a été éduqué dans une famille au moeurs différentes de la mienne. J’ai toujours pu défendre mes opinions. Lorsque j’étais étudiante, beaucoup de camarades au féminin ont raté leurs études car leur famille ne les épaulait pas… Ce dont j’étais témoin surtout, c’est de leur peur de ne pas plaire. De ne pas "répondre" au regard des garçons qui à cet âge là se donnent l’air d’assurer pour "elles". Elles ont donné leur part de ciel bleu pour leur beaux yeux. Chacun fait son chemin. Je ne tiens pas à leur reprocher cela… Il n’empêche que j’ai eu de leurs nouvelles, et que leur situation est devenue précaire. La ligne rouge de leurs "plaintes" est qu’elles ont tout donné d’elles : corps, patience, énergie… Elle n’ont pas trouvé de travail car la vie de famille est si importante à leur yeux. Je suis mère d’une fille et je comprends que la famille soit très importante mais pas au point de sacrifier ma part de ciel bleu, celle que je défend corps et âme. Au point même d’en devenir agressive car c’est ma ressource, mon puit d’énergie, ma lumière : les amis, les expos, mes expos, la photo et mon travail qui me permet d’assurer cette ressource. Ma fille est le cadeau que la vie m’a donné, mais la regarder grandir ne suffit pas à combler mon espace vital. Mon homme est l’Homme avec un grand H dont je rêvais depuis toute petite sans passer par la case conte de fée. Je ne suis pas dupe de la vie. Je la vois telle qu’elle est. Si on ne laisse pas le droit aux femmes de s’exprimer tel qu’elles en ressentent le besoin - afin d’exterminer certaines appréhensions à leur égard du fait qu’elles soient femmes tout simplement - il ne faut pas s’étonner de leur regards fâchés. D’où, l’expression : femmes frustrées ; celles à qui on ne laisse pas le temps de parole. Celle à qui on ne donne pas le temps de s’occuper d’elle, de ses oignions. Traiter la femme de frustrée, c’est constater un phénomène localisé en des milieux où la femme est rabrouée au fin fond de son esprit qu’elle n’a plus pu ouvrir et dont elle en ressent le besoin. Traiter la femme de frustrée, c’est enfoncer le clou. Sadiquement. Un jour, elle se "réveille" et la lutte est sans merci. Il ne fallait pas enfoncer le clou. Ceci relève du vécu de ma relation précédente. Je suis fière de m’être battue, car depuis c’est pour un mieux. Un détail qui en vaut la peine : celui de ne pas être jugée pour ce que j’aime, ce que je dis, ce que je pense. Libre échange. Constructif.


      Forum sur abonnement

      Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

      [Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

    • message  1224

      Coup de gueule de Fernand

      11 novembre 2008, par marinette

      Vous avez raison, cher Fernand ! Du moins en partie, parce que vous choisissez des exemples extrêmes.
      Il y a aussi les intellectuelles qui ne boxent pas, les manuelles créatives, les libérées sexuellement…. ce qui arrange bien ces mmessieurs ! Ne trouvant plus leurs repères ils sont tous perdus les pauvres, Les chasseurs, les guerriers, les machos, le sont restés et en plus sont frustrés!
      Pauvres hommes. En réalité "pauvres grands enfants"
      C’est mon petit coup de gueule.
      M A Y


      Forum sur abonnement

      Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

      [Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

    • message  431

      Coup de gueule de Fernand

      8 juin 2006, par Luc Chacoux

      A Monsieur Fernand,
      A la première lecture de votre texte, j’ai cru à canular destiné à provoquer des réponses, tant la caricature manquait de nuances ; je vous ai pris pour Fernand Raynaud. Si c’est le cas, bravo, je suis tombé dans le panneau et le gros nigaud que je suis semble bien être le seul jusqu’à ce jour. Là, vous pouvez encore rire.
      Après une relecture plus attentive, j’ai décidé de vous prendre au sérieux. On ne sait jamais.
      Votre logique tient debout, mais vous avez tendance à généraliser et l’image que vous donnez de la Femme est plutôt réductrice.
      La Première a diffusé récemment un reportage sur les femmes battues, qui ont subi la violence conjugale, qui se sont tues longtemps sans jamais se plaindre et qui se terrent dans un lieu tenu secret, parfois accompagnées de jeunes enfants .Et cela se passe chez nous, au vingt et unième siècle .Ont-elles vraiment la liberté de choix multiples ? Vous en connaissez beaucoup de refuges pour hommes battus ? Avez-vous encore envie de rire ?
      Descendons un peu plus bas, au-delà de la Méditerranée, dans une région du monde arabo-musulman ou turc. Voyons un peu comment les femmes y évoluent. Le mâle, lui, reste tout-puissant. Les femmes, équilibrées, s’adaptent à cette donne ! Allons, la grosse majorité d’entre elles reste confinée au foyer, ne sortant qu’avec l’autorisation du chef, voilée parfois, n’osant même pas croiser le regard d’un autre homme .Belle ouverture sur les choix multiples et sur la contraception dont bon nombre en ignore l’ABC. Ajoutons à cela que dès leur plus jeune âge, certaines fillettes sont excisées ou infibulées. Et en grandissant, elles subiront en outre l’autorité de leur frère. Nous sommes toujours au vingt et unième siècle.
      Riez-vous toujours ?
      Un peu plus loin encore, en Afrique noire, les voyez-vous ces femmes à peine nubiles travailler dans les champs et aller quérir de l’eau avec leur bébé sur le dos ? Les plus chanceuses vont parfois à l’école au prix de quels déplacements ? Quels sont leurs choix multiples ? Cela vous fait-il toujours rire ?
      Et je ne parle pas de la Chine ou de l’Asie du sud-est.
      Ces femmes du Monde auraient bien le droit d’être frustrées et revanchardes si l’homme, et lui seul, a été amené à s’instruire. Pourquoi leur refuser ce droit ?
      Qu’on le veuille ou non, c’est l’homme qui a maintenu les femmes dans cet état de dépendance. Il est en l’occurrence responsable d’une situation de fait qu’il maintient à son propre profit. Se serait-elle établie tout naturellement ? Alors je trouve que la nature est bien mal faite. Notre rôle sur terre ne serait-il pas de faire tout ce qui est possible pour gommer ces inégalités ?
      Pour en revenir à votre coup de gueule, j’ai l’impression que vous ne visez que quelques femmes de votre entourage évoluant dans un milieu aisé et qui peuvent ainsi se permettre des audaces portant ombrage à l’orgueil des mâles. Certes il y a des femmes chefs d’entreprise, chefs d’Etat, ministres, mais les finances de la planète et la direction des armées restent dans les mains de l’Homme, à de rarissimes exceptions près. Le seul bastion imprenable pour la Femme reste le Vatican.
      Si certaines de nos compagnes pratiquent la boxe ou le catch, je reconnais avec vous que le spectacle n’est pas très élégant. Mais regardez celles qui s’adonnent au tennis, à la natation ou au saut en hauteur, vous serez séduit. Quant à celles qui deviennent policières, grutières, conductrices de poids lourds, équarrisseuses - qui sait -, en un mot celles qui ont peu ou pas de qualification et qui doivent travailler, croyez-vous que c’est uniquement pour leur plaisir ? Il n’y a pas que des gens instruits et aisés autour de nous. Il faut comprendre leur frustration et leur envie de revanche. Et ce n’est pas l’utilisation du micro-ondes ou d’un robot de cuisine qui les rendra les égales de l’Homme.
      Au bout du compte, il reste pour moi que c’est la Femme qui porte les enfants pendant neuf mois et qui les met au monde. Et là, je ne connais pas d’Homme qui veuille jouer à la femme. Pour ce seul fait, elle mérite notre respect sans limite.
      Sacré Fernand ! Un peu macho, là !


      Forum sur abonnement

      Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

      [Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

      • message  436

        Coup de gueule de Fernand

        15 juin 2006, par shanti

        Monsieur, vous m’ôtez les mots de la bouche!!!


        Forum sur abonnement

        Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

        [Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

      • message  437

        Coup de gueule de Fernand

        15 juin 2006, par Fernand

        Sacré Luc,
        Si j’ai attendu quelques jours avant de répondre à vos réflexions, c’était avant tout pour éviter d’entamer un processus de confrontation stérile. Il m’a également fallu ce temps pour faire descendre la qualificatif « macho » de mon cerveau vers mon cœur (parce que j’en ai un ) et en passant par mon estomac, le refouler dans mes pieds. Sans doute n’avez- vous pas l’intention de jouer avec ceux-ci. Je trouve toutefois que vous m’attribuez des propos que je n’ai pas tenus. Je suis bien d’accord avec vous pour dire qu’il y a encore beaucoup de chemin à faire dans certaines parties du monde pour éradiquer toutes les injustices et cruautés vis à vis des femmes. Par contre, nos démocraties se sont donné les moyens pour que chaque citoyen et citoyenne puisse faire valoir ses droits. Qu’il y ait encore des femmes battues ne peut être nié mais là, vous touchez un problème qui est bien plus vaste que la relation homme- femme. Il s’étend à tous les domaines ou le plus fort impose sa vérité. Voyez toutes les personnes âgées se faire agresser par les plus jeunes, voyez les économiquement forts imposer leur diktat aux plus faibles etc…..
        Par contre, ce qui me fait sourire sinon rire, c’est quand je vois dans notre société des femmes qui confondent égalité avec ressemblance. Leur démarche est souvent totalement contradictoire. Elles se parent de beaucoup d’artifices pour plaire et séduire mais pourquoi alors adopter une attitude autoritaire, souvent même arrogante ? Où peut encore se situer l’homme ? Pour la procréation, on peut se passer de lui ; quel rôle doit-il encore assumer ? Est-ce que la moitié de l’humanité devient inutile ? J’ai toujours estimé la gent féminine comme l’élément pacificateur, modérateur, équilibrant de l’humanité
        Pour conclure, admettons que les hommes de ma génération sont un peu déphasés !… Alors, l’ami Luc éclaire moi !


        Forum sur abonnement

        Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

        [Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

        • message  442

          Coup de gueule de Fernand

          22 juin 2006, par Luc Chacoux

          Suite et fin…
          Ami Fernand,
          L’honnêteté intellectuelle m’amène donc à remettre sur le métier un ouvrage que je pensais terminé. Il ne faudrait cependant pas que cet échange s’éternise et que Magusine devienne le pré sur lequel nous réglons nos comptes.Vous serez bien d’accord, n’est-ce pas ?
          Le point de départ de notre divergence était votre "rire" devant l’attitude "frustrée et revancharde", "autoritaire et arrogante" de la femme "qui veut jouer à l’homme".
          En principe, le rire est une réaction de joie, libératrice, provoquée par le comique et qui dilate la rate. J’ai percu le vôtre comme plutôt ironique, donc qui peut faire mal.
          Face aux excès que vous dénoncez - et il y a , j’en conviens - moi, je n’ai pas le coeur à rire. Certaines démonstrations féminines publiques sont affligeantes, navrantes.Je pense à ces cortèges de femmes qui se croient tenues de revendiquer la propriété de leur corps en se dépoitraillant dans les rues, à grand renfort de cris obscènes, de coups de sifflet, de slogans vulgaires et d’exhibition de fesses.Avilissant, désolant, triste à pleurer! (Entre nous, on a vu des hommes se livrer aux mêmes farces dans les rues de Bruxelles, il n’y a pas si longtemps!)
          Néanmoins,pour moi,la majorité silencieuse,celle qui ne défile pas,celle qui ne revendique pas à cor et à cri et à tout bout de champ, n’est pas encore tout à fait libérée du poids patriarcal.
          Vous vous interrogez sur le rôle présent et futur de l’homme. Pour la procréation, vous craignez qu’on doive se passer de lui.Que nenni! Même si les méthodes ne sont plus toutes directes - l’artisanat local tend à disparaître - , nos compagnes ne sont pas pour autant devenues des "vierges Marie".
          Son rôle dans l’humanité: protecteur, berger, bouclier dans les coups durs, appui pour les plus faibles, dispensateur de bon sens, détenteur de raison , le tout gainé,mais oui, de sensibilité.
          A ce propos, je ne doute pas que vous
          ayez un coeur.Votre réputation a franchi les frontières de Watermael-Boitsfort et votre sensibilité est évidente.Néanmoins, et pardonnez ma franchise, je perçois qu’à la pointe de votre palpitant perle une petite goutte de machisme, disons sélectif.
          Mais je vous concède une excuse antédiluvienne de poids. Au jardin des délices, après la faute d’Eve et d’Adam, en les chassant nus, Dieu lança à Eve:"Je te ferai avoir de grandes souffrances et des peines avec tes enfants. Tu seras sous la puissance de l’homme; il sera ton maître."
          Les retombées sont encore perceptibles de nos jours et pour moi, vu leur endurance à travers les siècles, ce sont les filles d’Eve qui sont le sexe fort.
          Sans rancune.


          Forum sur abonnement

          Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

          [Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

          • message  443

            Coup de gueule de Fernand

            23 juin 2006, par sorette

            bravo luc d’avoir remis les pendules a l’heure…on se sent mieux dans sa tete et dans son coeur !


            Forum sur abonnement

            Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

            [Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

      • message  1198

        Coup de gueule de Fernand

        26 octobre 2008, par romyo

        Monsieur Fernand, malgré tout ce que vous pouvez mettre dans votre article, je vous remémorerai… une fable… mais aée vous "vous riiez eh bien pleurez maintenant!" c’est bien fini le temps ou Monsieur décidait et Madame ne fait soi disant rien alors qu’elle éduque quelques mioches, que vous avez faits ensemble, mais cela n’équivaut pas à un boulot naturellement ! Elle se tourne les pouces, elle n’est pas payée et lorsqu’elle a besoin de quoique ce soit comment lui répond-on? on voit que ce n’est pas toi qui doit te tuer au boulot! La plupart du temps même lorsque vous croyez prendre des décisions Messieurs, réfléchissez-bien, et vous saurez que c’est finalement bien Madame qui vous a influencé ! Je ne ris pas du tout moi de cet échange dégradant pour chaque femme qui mérite d’en porter le NOM.


        Forum sur abonnement

        Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

        [Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]


    Forum sur abonnement

    Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

    [Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

    Haut