• Site interactif d’Ages & Transmissions asbl dédié aux tranches de vie et aux débats

  • Autres articles dans cette rubrique

    Formulée ainsi, la question me dérange. Je préfère me demander : « Pourquoi avoir des enfants ? » et « Pour en faire quoi ? ».
    Qu’est-ce qui peut bien motiver des futurs parents à susciter une ou plusieurs nouvelles vies ? Il y a 36 réponses possibles, des plus terre -à- terre au plus désintéressées.
    Laissons de côté le cas des enfants non désirés A tous les niveaux de la société, vous rencontrez, pêle-mêle, des familles de haute naissance qui doivent procréer au moins un descendant - et jusqu’il n’y a peu,mâle uniquement - pour assurer le prolongement de la dynastie ; des patrons d’entreprises familiales qui désirent qu’un membre porteur du nom reprenne plus tard les rênes du pouvoir et de la fortune, « Mr X et fils » ; des monsieur et madame Toutlemonde qui se sculptent un bâton pour leur vieux jours ; des intégristes qui donnent le jour à des petits soldats de Jésus-Christ ou à des martyrs d’Allah ; sans oublier les bébés qui deviendront des briseurs de solitude ou des raccommodeurs de ménage… Beaux calculs sur la liberté du futur enfant qui ne mérite pas tout cela et n’en demandait pas tant !

    Quelle fut alors ma motivation à moi ? J’ai été élevé dans un milieu où l’on aimait les enfants, où l’enfant, en soi, était une valeur, une richesse, un trésor, et pour certains même un don .Tout jeune, je m’attendrissais devant un bébé, à commencer par ma petite soeur ainsi que mes cousins et cousines plus jeunes .Les enfants, je les ai toujours aimés et, le moment venu, la question ne s’est plus posée, j’aurais des enfants par amour des enfants. Pour être franc, j’espérais simplement dans le secret de mon cœur - est-ce de l’égoïsme ? - voir naître au moins un fils pour perpétuer le nom vu que j’étais le dernier représentant mâle de ma famille. Par chance, j’en ai accueilli quatre qui ont été chouchoutés, et même régentés, par leur grande sœur.
    « Et votre épouse ?» me direz-vous. Descendante de grands-parents prolifiques- 15 enfants du côté paternel, 10 du côté maternel - faire des enfants à cette échelle l’inquiétait un peu. On la comprendrait pour moins que cela ! Mais elle aussi, le moment venu, sans être nataliste, réalisa qu’avoir des bébés était un signe de vie, une valeur. Elle emboîta mon pas avec prudence et générosité. Elle n’a pas changé d’opinion depuis lors. De plus, comme nous étions enseignants tous les deux, l’amour des enfants et des jeunes allait de soi pour nous.

    Et maintenant qu’ils étaient là, qu’allions-nous en faire de ces petits , qu’allaient-ils devenir entre nos mains, quel allait être notre objectif pour eux ?
    Nous ne sommes ni l’un ni l’autre des fanatiques de la beauté de la vie. A nos yeux, elle n’a guère de sens, si ce n’est celui qu’on veut lui donner. Elever nos enfants est pour nous la plus belle des orientations qu’on peut lui conférer. C’est aimer - je n’ose pas dire gratuitement - sans retour obligé. Si retour il y a, c’est un surcroît génial. De toute façon, ce que vous donnez à vos enfants, c’est aux leurs qu’ils doivent à leur tour le transmettre. La vie ne progresse que dans un sens.

    Sans vantardise, nous avons essayé de les éduquer, de faire éclore et s’épanouir ce qu’il y avait de meilleur en eux, à coup d’affection, de patience, d’exigence, de fâcheries, de tendresse, de colères, de pardons, de coups de gueule, d’encouragements,de bisous, de pleurs, de réconciliations,et parfois de tripotées. Plus d’une fois, ils nous ont fait endêver (aujourd’hui, ils utiliseraient un terme plus cru !). Néanmoins, jamais, nous n’en avons fait des petits rois. Seulement des prioritaires. Ils n’avaient rien demandé.
    Il y eut des déceptions : échecs scolaires, fréquentations douteuses, révoltes, prises de porte, refus d’autorité, rejet de notre échelle de valeurs…
    Lors des conflits, nous leur avons toujours dit : « Je t’aime, mais je ne suis pas d’accord avec ce que tu fais. » Et comme « les enfants, c’est pour la vie », ce n’est pas nécessairement terminé lorsqu’ils s’envolent. Nous avons œuvré, jour après jour, pour qu’ils soient autonomes le plus tôt possible. Chacun a pu choisir les études qu’il souhaitait ou le métier qui l’intéressait. Aucun n’a dû devenir « pharmacien parce que Papa ne l’était pas », ou parce qu’il l’était !
    Un papa et une maman, indissociables, ne devraient avoir d’autre but que de tout faire pour que leurs rejetons soient bien dans leur peau et capables de rendre meilleur le monde dans lequel ils ont été amenés à vivre.

    Dans cette optique, et mis à part les cas de force majeure comme le décès d’un des deux parents ou une séparation conjugale, je ne comprends pas que certains choisissent délibérément d’adopter un enfant qui sera élevé par un couple au sein duquel il sera peut-être amené à dire Maman à un homme et Papa à une femme. Que l’on régularise certaines situations acquises, soit ! Mais que dès le départ, on prive sciemment un enfant de la complémentarité parentale indispensable à la construction de son équilibre, là, je ne comprends plus.

    Ce long et patient cheminement ne garantit le succès. On procède modestement par essais et erreurs, on assume ses chois, on espère sans optimisme béat. Arrivés à la septantaine, à l’heure du bilan, reconnaissons que nos enfants nous ont amenés à nous remettre en question, à nous adapter à leur siècle, à vieillir beaucoup plus lentement, mais cela n’était pas prémédité.

    Pour nous situer : Nous avons perdu un enfant de 7 ans, il nous en reste 4 en vie dont un adopté.

    « Avoir des enfants, ce n’est pas cultiver des légumes, mais des fleurs » qui ne servent à rien.

    Jac&lia

    Répondre à cet article

    Veuillez vous connecter afin de participer au forum
    Si vous ne possédez pas encore d'identifiants, vous pouvez vous inscrire ici: Inscription

    Forum sur abonnement

    Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

    [Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

    Forum

    • message  413

      Avoir des enfants ... par Jac&lia

      13 mai 2006, par anne

      Une des fleurs qui ne sert à rien a bien lu le texte. Elle réfléchit avant de donner ses idées…
      Une fleur ne sert jamais à rien…


      Forum sur abonnement

      Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

      [Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

    • message  410

      Avoir des enfants ... par Jac&lia

      9 mai 2006, par shanti

      Ce très beau témoignage, emprunt de la sagesse de ceux qui ont déjà expérimenté certaines situations me rapelle aussi qu’une greffe, chez les plantes, comme chez les humains n’est pas toujours bien tolérée…
      J’ai déjà du éduquer des enfants qui n’étaient pas les miens et là…c’est le coeur qui parle, il semble que la vie fait de toute façon très bien les choses.
      C’est à chacun de donner le meilleur de soi, engrais des jolies fleurs de demain.


      Forum sur abonnement

      Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

      [Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

    • message  408

      Avoir des enfants ... par Jac&lia

      5 mai 2006, par aede

      Avoir des enfants … par Jac&lia
      La question est bonne et mérite d’être posée… Perso je dirais pour son plaisir de maternage,plaisir d’être PERE ou MERE.D’être comme tt le monde .Mais que de problèmes, soucis,ou autres tracasseries.Ce n’est pas tous les jours "rose" que du contraire, ou à moins d’avoir "bonne" "femme à journée","bonne situation" ou "autre domestique"…C’est très dur dur que de faire des enfants " bien élevés" (Morale, éducation, patriotisme,honneur, etc)Il faut s’accrocher, ne pas laisser tomber les bras, encore et toujours discuter, faire des concessions, des compromis,Bref faire des enfants c’est se consacrer à un monde meilleur…
      Mais je rève moi !


      Forum sur abonnement

      Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

      [Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

    • message  407

      Avoir des enfants ... par Jac&lia

      5 mai 2006, par dadu

      Merci pour ce très beau témoignage. Je partage à 100% votre point de vue.
      J’ajouterai que même s’il y a séparation, divorce, il faut tout faire pour conserver auprès des enfants cet apport des deux parents. Ce n’est pas facile mais c’est possible si on parvient à mettre de côté les rancunes conjugales.Les enfants sont capables d’acepter bien des situations difficiles.


      Forum sur abonnement

      Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

      [Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]


    Forum sur abonnement

    Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

    [Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

    Haut